Football : violences sur les stades, volte-face des arbitres

Le fait marquant de la 16è journée du championnat de football de première division disputé le week-end dernier a été la violence sur les stades de Kabou et Bassar. Des violences qui ont entrainé plusieurs blessés graves parmi les officiels des matches, victimes d’agressions caractérisées.

Mettre fin à tout prix à ses violences !

Au lendemain de ces actes, tous les observateurs du football togolais sont unanimes à reconnaitre qu’il y a lieu d’agir. Les principaux responsables de la FTF ainsi que les associations connexes comme celle des entraineurs et celle des arbitres sont montés au créneau pour dénoncer ces actes.

Ils ont même prôné  le boycott des prochaines journées de championnat toutes divisions confondues, jusqu’à ce qu’une solution durable ne soit trouvée au problème.

Le COMEX de la FTF dans la recherche de l’apaisement

Nonobstant cela, la FTF a initié et entrepris de rencontrer les arbitres et les entraineurs dans la journée du mardi 12 février 2019 afin d’analyse ensemble la situation, donner des assurances et prendre des engagements.

Parallèlement, elle a pris des dispositions conservatoires en suspendant les terrains de Kabou et de Dapaong, jusqu’à la décision finale de la Commission de discipline de la FTF.

Pendant ce temps, dans une lettre à la FTF adressée, le club de Gbikinti réclamait purement et simplement que les trois points de la victoire lui soient attribués.

Volte face des arbitres, qui décident de répondre aux désignations

Alors que l’on était inquiet pour la suite et la fin des différents championnats, et à la fois désireux que ces questions de violence se règlent par des mesures profondes, drastiques et efficaces, coup de théâtre !

L’Association Nationale des Arbitres de Football (ANAFOOT) dans un communiqué publié ce vendredi, indique que « …..la FTF, conformément aux attentes exprimées par les arbitres, prendra les mesures adéquates face aux revendications posées, le bureau de l’ANAFOOT demande aux arbitres dans un souci d’apaisement, de répondre aux désignations sur les matches des championnats de D1, D2 et D3 à compter de ce jour ». Joli contre-pied dont on pensait que seuls les joueurs étaient capables.

Dans quel état psychologique seront ces arbitres ?

Décision d’apaisement, certes mais dans quel état psychologique se trouveront ces arbitres ? est-ce que leurs performances ne vont pas s’en ressentir et influer sur les différents matches à leur corps défendant ? prendront-ils leurs décisions en leur âme et conscience ou dans un souci de survie et de préservation de leur intégrité physique ? Réponse ce dimanche 17 février 2019 , sur le coup de 17H T.U.

Football : violences sur les stades, volte-face des arbitres

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *