Un baobab est tombé, Hugh Masekela, un trompettiste de légende s’est éteint

« Un baobab est tombé. La nation a perdu un musicien d’exception. On peut sans hésitation dire que frère Hugh était un des grands architectes de l’afro-jazz et qu’il a élevé l’âme de notre nation grâce à sa musique intemporelle. » Ainsi s’exprimait Nathi Mthethwa, ministre sud-africain de la Culture à l’annonce du décès de Hugh Masekela, mort mardi 23 janvier 2018 à l’âge de 78 ans, à Johannesburg à la suite d’un cancer de la prostate.

Masekela c’est un parcours personnel et un militantisme qui ont marqué les esprits. Trente ans d’exil aux Etats-Unis dans les années 60 pour fuir l’apartheid. Il deviendra un farouche combattant de la liberté et de la lutte anti raciale avec pour seule arme sa musique. Symbole du panafricanisme et virtuose de la trompette,  il enregistra plus de quarante albums et vendit des millions de disques à travers le monde. Devenue  l’icône de tout un continent, il revient aux sources dans les années 70 et durcit le ton dans ses prises de position. Comme beaucoup avant lui, il se mit sous la coupe de Sékou Touré, puis surtout se fâche un moment avec  Fela Ransome Kuti. Il produisit aussi beaucoup de jeunes talents africains.

Le trompettiste n’a cessé de se battre pour la libération de Nelson Mandela, lutte qui s’illustre au travers de titres tels que Bring Him Back Home (le ramener à la maison) ou encore, Grazing in the grass, l’un de ses plus grands hits qui a détrôné les Rolling Stones. Manu Dibango confiera d’ailleurs un jour, qu’il est son trompettiste préféré.

Le président Jacob Zuma a salué «un artiste de jazz, un trompettiste de légende, un défenseur de la culture et un vétéran de la lutte de libération» contre l’apartheid. «Il a gardé vivante la flamme de la liberté en luttant, grâce à sa musique, contre l’apartheid», a indiqué M. Zuma. «C’est une perte incommensurable pour le monde de la musique et le pays tout entier».

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *