Culture : Célébration de la Liberté de presse sous fond de covid-19 

 Culture : Célébration de la Liberté de presse sous fond de covid-19 

Partout dans le monde, la vie a changé depuis la survenue de l’épidémie de la maladie à coronavirus.  Les équilibres sont rompus, les certitudes ont volé en éclat, les systèmes de santé, les doctrines politiques ou encore les prévisions économiques, l’économie, tout s’est écroule au fil des jours.

En dehors des personnels de santé qui livrent au quotidien un combat de front contre la pandémie, force est de constater que la presse malheureusement livre un autre combat : celui contre la désinformation.

Dimanche, le 03 Mai, à l’occasion de la journée internationale de la liberté de presse, le Secrétaire Général de l’ONU, António Guterres, affirmait : ‘’À l’heure où le monde est aux prises avec la pandémie du Covid-19 (…), la propagation de la pandémie du Covid-19 en a fait naître une nouvelle, celle de la désinformation, où de dangereux conseils de santé côtoient les théories conspirationnistes les plus folles. Le remède, c’est la presse : des informations et des analyses vérifiées, scientifiques et fondées sur des faits.”

Le Patronat de la Presse Togolaise (PPT), une organisation de presse au Togo a célébré à sa manière l’événement en invitant, pour faire face à la pandémie, à « une implication plus soutenue de la presse dans la lutte contre la pandémie à Coronavirus dans notre pays le Togo », dans un communiqué rendu public dimanche.

Et d’ajouter « l’augmentation inquiétante du nombre de cas confirmés révèle que le mal gagne du terrain. Cette avancée du virus est notamment due au manque d’informations et de sensibilisation surtout des populations de l’intérieur du pays. La mobilisation de la presse, dans son ensemble, sans distinction aucune, s’impose ». 

Au-delà du PPT, les journalistes, réunis au sein du Syndicat National des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT) estiment que le thème « Le journalisme sans crainte ni complaisance » retenu à l’occasion du 03 Mai est « évocateur » dans le contexte où la prédation de la liberté de la presse continue d’être la chose la mieux partagée dans de nombreux pays au monde, notamment le Togo.

L’unique syndicat qui lutte depuis sa création pour arracher de meilleures conditions de vie et de travail aux journalistes employés, remet sur le tapis l’une de ses revendications phares. La signature de la Convention collective qui, selon lui, garantira une vie meilleure au journaliste togolais. En effet, le Secrétaire Général de cette organisation, Isidore KOUWONOU, « Au Togo, la Convention collective garantira une vie meilleure au journaliste. Mais ce ‘parchemin’ reste toujours à son étape d’élaboration. Le chemin menant à sa matérialisation se heurte à certaines pesanteurs »

La célébration de la journée internationale de la liberté de presse s’offre donc comme un canal de remobilisation. « C’est de nouveau le lieu d’exhorter les camarades du SYNJIT à se mobiliser pour un syndicat fort, capable d’œuvrer pour l’épanouissement du journaliste employé.

Notre attentisme, notre indifférence et notre léthargie profitent aux patrons. Il est temps de décider ensemble de la marche à suivre, car seule la lutte libère » a-t-il conclu.

PatDogb.

 

Tony DEE

Related post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *