Football / Argentine : « El Pibe de Oro en la Manos de Dios »

 Football / Argentine : « El Pibe de Oro en la Manos de Dios »

La légende du football argentin, Diego Armando Maradona, a tiré sa révérence ce mercredi 25 novembre 2020. Celui que toute le monde s’accorde à dire qu’il est le meilleur N°10 de tous les temps est décédé à l’âge de 60 ans.

Vaincu par une crise cardiaque, El Pibe de Oro (son surnom) Diego Armando Maradona n’était pas seulement un joueur de football, mais peut-être le plus grand talent individuel jamais vu sur un terrain. Issu des quartiers pauvres de Buenos Aires, le « Pibe de oro » est tombé dans le chaudron de la Bombonera, le stade du club Boca Juniors, quand il était petit.

Joueur prodige des années 1980 et 1990, il a été l’artificier de la victoire de l’équipe d’Argentine à la Coupe du monde 1986 au Mexique, lui offrant son deuxième sacre mondial.

Sous les couleurs de l’équipe nationale pendant 17 ans (1977-1994), le légendaire numéro 10 a marqué 50 buts en 115 matches. C’est aussi une star « éternelle » du Napoli. Reconverti entraîneur, il est nommé sélectionneur de l’équipe nationale argentine en 2008 pour mener deux ans plus tard Messi et compagnie à la Coupe du monde de football de 2010 au cours de laquelle l’Argentine s’incline lourdement face à l’Allemagne en quart de finale (0-4).

« El Mano de Dios » (la main de Dieu) est une personnalité controversée du sport et de la société en raison de ses relations peu recommandables, ses nombreux dérapages verbaux, ses deux contrôles anti-dopage positifs en Italie et aux États-Unis et de sa dépendance à la cocaïne.

Maradona était également très influent sur le plan politique dans son pays. Opéré le 3 novembre dernier soit cinq jours après avoir fêté son soixantième anniversaire d’un hématome à la tête, Diego Maradona semblait tiré d’affaires, lorsque la nouvelle tomba paralysant tout un pays, tout un continent, et le monde entier.

Depuis la fin de sa carrière, il avait lutté contre de nombreux ennuis de santé, notamment cardiaques, et de surpoids.

Très croyant, il avait coutume de dire lorsqu’on évoquait son immense talent de footballeur : « Je suis privilégié, mais uniquement parce que c’est la volonté de Dieu. Dieu m’a fait bien jouer. Il m’a donné cette capacité à la naissance. C’est pourquoi je fais le signe de croix à chaque fois que j’entre sur le terrain. Si je ne le faisais pas, je trahirais Dieu. »

Aujourd’hui, le gamin en or est dans les mains de Dieu. Qu’il y trouve enfin la paix.

Oscare nivore.

Tony DEE

Related post