Football / Nigeria : le taureau de Kaduna, 8 ans déjà….. !

Le 04 mai 2012, Rasheed Yekini (Photo FIFA) tirait sa révérence. L’ancien international nigérian est décédé à l’âge de 48 ans des suites d’une grave maladie, d’ordre neurologique selon la version officielle. Au cours de sa riche carrière de 13 ans, Rasheed Yekini a inscrit 37 buts en 58 sélections. Ce qui fait de lui le meilleur buteur de l’histoire des Super Eagles du Nigeria.

Sa rage dans les filets bulgares pour célébrer son but avec les Super Eagles en Coupe du Monde en 1994, le premier but nigérian de l’histoire d’une compétition mondiale, témoigne de son état d’esprit, lorsqu’il arborait la tunique verte. Tous les amoureux du football ont toujours en mémoire cette image de célébration face à la Bulgarie d’un certain Hristo Stoitchkov (3-0).

Surnommé le « Taureau de Kaduna », Rasheed Yekini a fait ses débuts à l’UNTL (United Nigerian Textiles Limited) à l’âge de 16 ans. Après avoir écumé deux autres clubs nigérians (les Shooting Stars et les Abiola Babes), il rejoint à 22 ans, l’Africa Sports d’Abidjan en Côte d’Ivoire.

De là, Yekini brille avec trois trophées en autant de saisons. Ce qui n’a pas laissé indifférent notamment le club de D2 de Vitória Setubal au Portugal avec lequel il a connu le firmament de sa carrière, terminant même meilleur buteur du championnat portugais en 1993-94 avec 21 buts. Ce qui non seulement permit à son club de monter en D1 mais aussi lui a valu le Ballon d’Or africain en 1993.

Yekini devenait ainsi le premier Nigérian à décrocher ce titre. Farouche attaquant de pointe de la flamboyante génération des années 90 des Super Eagles aux côtés de Daniel Amokachi, Emmanuel Amunike et autres Jay-Jay Okocha, le «Taureau de Kaduna » a remporté sur sa lancée la CAN 1994.

Après se sont enchaînés les clubs, les réalisations et trophées pour celui que la presse appelait « canonnier, artificier, gladiateur, renard de surfaces, fer de lance… ». Yekini a porté le maillot de 11 clubs différents en Europe, en Afrique et en Asie. Partout où il était passé, les filets ont tremblé sous ses reprises de volets, ses coups de tête ou encore ses frappes qui fracassaient tout sur leur passage.

Sunday Oliseh, son partenaire en sélection, dira de lui : « Aujourd’hui je ne crois pas que nous ayons un buteur approchant même son talent. Pour ma génération, il a été ni plus ni moins celui grâce à qui nous avons tant gagné». Et à Hans Masro, journaliste et consultant sportif de le qualifier de gladiateur des temps modernes. « Sa détermination compensait ses limites techniques. Renard de surfaces, sa hargne de vaincre se dégageait dans sa manière particulière de célébrer ses buts en secouant les filets. Une véritable force de la nature » a-t-il conclu.

Rasheed Yekini a été vainqueur de la CAN en 1994, trois fois finaliste (1984, 1988 et 1990) et meilleur buteur : 1992 (4 buts) et 1994 (5 buts) de la même compétition.

Oscar Nivore

 

Partager :