Football /Togo : Gnéni Sébabi, des défis insurmontables ?

 Football /Togo : Gnéni Sébabi, des défis insurmontables ?

Depuis quelques semaines, le football togolais a un nouveau Directeur Technique National (DTN). Au-delà des controverses suscitées par la nomination de Gnéni Sebabi, et du flou existant entre les relations du DTN, le sélectionneur National et la Fédération Togolaise de Football (FTF), revenons sur la définition et le rôle généralement dévolu à un DTN.

Qu’est-ce qu’un DTN ?

Le Directeur Technique National est un technicien de très haut niveau dans sa discipline. Il est placé à la fois sous la tutelle du Ministère des Sports et de la fédération à laquelle il appartient.

Vu la place qu’il occupe, le DTN porte plusieurs casquettes notamment de leader, de manager, de gestionnaire, de négociateur et d’entraîneur. Selon Togbui Akoussah Camélio, « le DTN, c’est le patron des entraîneurs, le patron des sélectionneurs ». Ces propos sont confirmés par la FIFA. Et de poursuivre « Mais compte tenu des problèmes qu’il y a entre les expatriés et les autochtones, la FIFA a demandé que l’entraîneur de l’équipe A ne soit pas sous la coupole du Directeur Technique National ».

Au Togo, s’il existe des directeurs techniques nationaux au sein de certaines fédérations, ils sont plutôt muets ou mis sous éteignoir durant leur mandat. A la FTF par exemple, jusqu’à un passé récent, Lanou Elitsa alias oncle Sam, nommé à deux reprises DTN n’a jamais eu la liberté de manœuvre qu’il aurait souhaité et que les textes lui conféraient, jusqu’à sa démission.

L’homme a dit ne pas voir ses idées implémentées en tant que DTN et fustige le fait qu’il est devenu un « sergent à la solde d’un coach expatrié ». Ainsi, ses objectifs en tant que DTN sont voués à l’échec. C’est pourquoi, on attribue volontiers les carences observées jusqu’alors dans le développement du football à la base au Togo à l’inactivité et à la non opérationnalité de la DTN. Il en va de même pour la détection des jeunes talents, les sélections de jeunes et même le style et l’identité du football national, bref tout ce qui concourt à la création d’une véritable élite.

Par ailleurs, sur le plan administratif, en plus de la formation des cadres, il doit s’assurer de l’utilisation à bon escient des crédits publics attribués par l’État pour le développement du sport.

De plus, véritable cheville ouvrière de la politique sportive de l’État, le DTN dans l’obligation de garantir que les orientations prioritaires du Ministère des Sports soient en parfaite cohérence avec les projets sportifs de la fédération.

Le nouveau DTN sera-t-il à la hauteur ?

Depuis le 18 septembre 2020, la fédération togolaise de football après réception du bâtiment de la Direction Technique Nationale, a dévoilé l’identité de l’oiseau rare.

Gnéni Sébabi, le nouveau DTN et déjà très attendu dans les milieux du football togolais suscite beaucoup de commentaires. Sa capacité réelle à révolutionner le poste et à obtenir des résultats, est pour le moment mise en doute.

De plus le silence, observé par l’intéressé, pas de déclaration officielle, fait dire qu’il cherche son pied d’appel. Mais selon les bruits de couloirs de la FTF, l’on doit encore attendre. Nos sources parlent d’un réajustement du programme d’action du nouveau DTN.

Certes, il y a toujours lieu de réajuster, surtout si l’on part du principe que c’est le terrain qui commande. Le piège et même le comble serait de s’éloigner du programme sur la base duquel sa candidature a été retenue, pour l’avoir défendu semble-t-il avec brio.

Pour l’heure, la presse attend de scruter à la loupe la première sortie du nouveau DTN. Gnéni Sébabi le sait, il doit réussir là où ses prédécesseurs ont échoué. Mais quoiqu’il en soit, l’importance et la réussite d’un poste dépend de ce que le titulaire en fait, et de la façon dont il l’anime.

Et, jusqu’à preuve du contraire, Gnéni Sebabi a le bénéfice du doute, à lui d’en tirer profit et de faire décoller le football togolais. Les prochaines échéances ne sont plus loin.

PatDogb.

Tony DEE

Related post