Niger / La lutte traditionnelle : entre la tradition, l’esprit sportif et le mystique !

Les rideaux sont tombés depuis dimanche 05 Janvier 2020 sur la 41è édition du Sabre National avec le sacre d’Ousmane Hassane. Le Sabre National, c’est la lutte traditionnelle. Une discipline sportive fédératrice. Elle est le sport national du Niger. Mais au-delà de l’esprit sportif de cette compétition, la lutte traditionnelle ressortirait aussi du mystique.

Généralement les compétiteurs, toutes disciplines confondues, se retirent dans un camp de préparation pour mieux affûter leurs armes. C’est la mise au vert. Pour le Mena du Niger, c’est souvent le centre de formation de la Fédération Nigérienne de Football, pour les Bleus, l’équipe de France de football, c’est le château de Claire-fontaine. Pour les lutteurs nigériens, c’est l’antre des marabouts. Loin de leurs familles, de leurs amis et autres.

« Ils ne doivent pas avoir de relations intimes. Aussi doivent-ils boire des potions faites de feuilles de plantes, d’écorces et de certaines choses que je ne peux pas dire » nous a déclaré un griot célébrant la victoire de Ousmane Hassane. Ces potions seraient magiques. Elles permettraient de terrasser sans coup férir son adversaire. Ce qui explique l’existence de rituel dans les arènes ainsi que sur les aires. Et ceci respecte le code régissant le fonctionnement du Sabre national. Chaque lutteur a droit à une minute de rituel avant le début de combat.

Le griot sera soutenu par un autre fanatique de la lutte traditionnelle : Moussa. Pour lui, seuls les initiés et les lutteurs eux-mêmes savent. « Les marabouts prononcent aussi des formules dont ils détiennent le secret. Les pas de danse esquissés avant chaque combat, ce n’est pas que du folklore ni un moyen d’expression et d’exhibition de son état physique », rien qu’à voir les amulettes aux bras, aux avant-bras, aux jambes et au reins des lutteurs. La danse, elle, se fait aux sons des tam-tams et des tambours à travers des enchaînements coordonnés et synchronisés au rythme du terroir en fonction de la région représentée par le lutteur.

Pourtant la forte corpulence des lutteurs renseigne sur l’effort physique qui se cache derrière. Un lutteur passerait environ quinze heures par jour dans les salles de gym pour des séances de musculation. A celles-ci, il faut ajouter l’encadrement technique pour améliorer sa performance.

Au demeurant, le Sabre National est une compétition qui comporte des valeurs sportives et traditionnelles. Il démarre et finit en fair-play, dans le respect de l’adversaire et dans la célébration de la culture et des traditions nigériennes.

 Oscar Nivore

Partager :