Sport / MultiSport : journée internationale des droits de la femme

Pratique du sport chez les dames, un double combat au quotidien

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit » dit la déclaration universelle des droits de l’homme mais pour les femmes, les choses se compliquent, elles doivent toujours revendiquer les mêmes droits et les mêmes chances que les hommes, quel que soit leur domaine d’activité. Les stéréotypes fusent davantage lorsque la femme choisit d’exercer dans un domaine dit réservé aux hommes comme le sport.

En cette journée du 8 mars, journée internationale des droits de la femme, l’heure n’est pas de tout repos pour la gente féminine dans son ensemble et celle des sportives en particulier qui mènent un double combat (celle d’être femme puis sportive).

Quoi de nouveau en 2020 ?

La commémoration de l’édition 2020 du 8 mars se tient autour du thème « je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes » car la lutte pour les droits des femmes est encore loin d’être gagnée pour la couche féminine en générale et celle sportive en particulier.

Au-delà de la passion qui anime de nombreuses dames, en sport se cache un double combat quotidien. En plus de s’engager pour obtenir l’égalité salariale, de traitement, d’éducation, de soin médicaux, l’équité etc., la sportive doit se donner encore plus pour que son talent soit non seulement reconnu et accepté, mais aussi que l’on lui accorde les chances de l’exprimer, de jouir de son plein droit quel que soit le contexte.

Si la Journée internationale du sport féminin (célébrée chaque 24 février depuis 2014) vise des objectifs telles que : le développement de la pratique féminine du sport ; la présence des femmes dans les instances dirigeantes sportives ; l’économie du sport féminin ; et la médiatisation du sport féminin c’est parce qu’il y a un problème de sous-médiatisation du sport féminin suite aux réflexions menées par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en France.

Un traitement toujours marginal et inégal en dépit de quelques avancées

Si sous d’autres cieux comme aux Etats-Unis, en Afrique du Sud les sportives arrivent à avoir un traitement égal face aux hommes en football, ailleurs les championnats nationaux n’existent qu’en dents de scie ou même pas. Alors que certains pays se battent pour regrouper leurs joueuses et former une équipe nationale (cas de Djibouti en janvier 2020), certains peuvent délocaliser ou changer de programme des compétitions féminines au profit des compétitions masculines voire suspendre des matchs féminins pour faire place aux jeunes garçons (cas d’un match de football féminin en France. (Source : cœursdefoot.fr le 23 janvier 2020). Tel est le tableau du sport féminin dans le monde. Il montre combien le chemin reste long pour les femmes de ce domaine.

Multiple sont les inégalités qui demeurent entre le sport masculin et le sport féminin. Pendant très longtemps, les hommes ont été la priorité. Il est temps de mettre en place une parfaite équité entre les deux, surtout dans ce domaine. Le désir des sportives est de savoir quelles retiennent l’attention des décideurs comme les hommes et ont les mêmes chances d’expression de leur talent.

En espérant des jours nouveaux, les sportives continuent de lutter aux côtés de leurs sœurs pour se faire entendre et avoir leurs droits. Et pas seulement le 8 Mars, mais tous les jours de l’année !!!

AGBO love.

 

 

Partager :