Technologie : 5è édition du Cafe Numérique Lomé

L’e-citoyen au cœur des débats du café numérique Lomé en cette période électorale au Togo.

Le café numérique est une conférence organisée par des passionnées des technologies de l’information et de la communication (TIC) en dehors des cadres traditionnels pour discuter des innovations et de la technologie.

 Au regard du rôle informatif que joue internet de nos jours et plus particulièrement les réseaux sociaux, vu la place importante qu’ont occupés ces moyens lors des élections présidentielles de 2015, et des municipales au Togo ; à l’heure des fake news, deep fake et autres manipulations, nouveaux fléaux du web, le café numérique de Lomé s’est penché sur le sujet de l’e-citoyen en période électorale le 01er février 2020 dans les locaux du 24H Vibes.

Le cinquième café numérique de Lomé a répondu aux questions liées à l’e-citoyen en cette période électorale avec des experts tels que Noël Tadegnon (journaliste, formateur et spécialiste en fact-checking), Eteh Komlan Adzimahe (technicien réseaux télécom et bloggeur) et Seigneur Latifou Kegbero (juriste et membre de la Commission Electorale Nationale Indépendante : CENI).

Lomé a sa licence d’organisation du café numérique qui a vu le jour à Bruxelle. Pour son cinquième numéro, il s’est intéressé aux interrogations diverses telles que : comment l’internaute togolais s’apprête-t-il à vivre la présidentielle du 22 février prochain ? Quelle doit-être sa posture ? les différentes parties prenantes tiennent-elles compte du facteur internet ?

La période électorale est un moment sensible pour les pays et pour Noël Tadegnon, « il est donc possible pour tout citoyen d’accéder à l’information par tous les canaux traditionnels (la télévision, la radio) et internet, les réseaux sociaux des institutions en charge du processus » Et d’ajouter « Mais durant cette période qui est gérée par une certaine règlementation il faut faire extrêmement attention à ce que nous consommons comme information ».

C’est dans ce même sens que Eteh Adzimahe dit de « garder une attitude normale à la rigueur ne pas céder tout de suite à la première nouvelle qui tombe et qui donne une information choc ». Il conseille aux internautes (e-citoyen) de « prendre le temps de vérifier l’information » car « les fake news sont fabriqués parfois consciemment ou inconsciemment et il est important en cette période sensible de prendre du recul face aux informations »

Seigneur Latifou Kégbero pour sa part trouve qu’une « institution doit être dans une logique de pro activité puisque l’information est capitale et très stratégique dans la conduite des projets électoraux. C’est ce qui explique qu’assez souvent à des phases du processus électoral, la CENI produit des spots, des informations diffusées par les divers moyens de communication ».

Ainsi, au-delà de la loi sur l’accès à l’information, les e-citoyens ne sont pas censé ignorer l’article 497 du code pénal en vigueur depuis décembre 2015 qui puni la diffusion des fausses informations et la loi sur la cyber sécurité contre la cyber criminalité adoptée le 06 décembre 2018 par l’assemblée nationale.

Outre ces règlementations, il y a une multitude de dispositions qui encadrent l’attitude citoyenne en période électorale a rappelé Seigneur Latifou. Pour ce dernier, « les élections pas seulement au Togo sont organisées sur la base d’un cadre juridique règlementaire. Il y a des lois qui encadrent en l’espèce le code électoral mais il n’est pas exclu que des dispositions du code pénal puissent être appliquées s’il y a infraction, en se basant sur la loi du 29 octobre 2019 relative à la protection des données personnelles ».

C’est donc dans le souci d’éviter aux citoyens de tomber sous le coup de la loi qu’ils ne sont pas censés ignorer que la CENI, les personnes engagées contre les fake news et les bloggeurs s’inscrivent dans une démarche de sensibilisation et ont saisi le canal de ce café numérique pour rappeler quelques lois aux passionnés des TIC afin de vivre une période électorale tranquille.

Rendez-vous est pris pour le sixième café au mois de mars 2020.

AGBO love

 

 

Partager :