Accueil Nouveautés Balance de l’Orient

Balance de l’Orient

Equilibrio d’Oriente

Le centre de gravité du secteur automobile s’est inévitablement déplacé. Si l’Europe a longtemps été le cœur battant de l’industrie des véhicules à quatre roues, ces dernières années ont montré que la domination du Vieux Continent n’est plus qu’un lointain souvenir, un faible espoir de rester dans le coup et surtout de résister à l’impact de l’Est, le nouveau pôle automobile. Ce n’est pas un secret de polichinelle, et cela est démontré par les stratégies industrielles de nombreuses marques qui ont annoncé de manière plus ou moins voilée qu’elles étaient prêtes à investir pour viser le leadership local, au moins en termes d’inscriptions.

D’un point de vue technologique, en effet, la partie est perdue depuis longtemps. La crise des semi-conducteurs en est l’exemple le plus clair. Il a fallu la pandémie pour mettre en lumière un problème qui n’est que la partie visible de l’iceberg. Aujourd’hui, des tentatives sont faites pour faire amende honorable, pour combler un fossé de plus de 20 ans. Une décision qui pourrait être utile à court terme mais qui, en réalité, continuera à creuser le fossé entre les pays asiatiques et l’Europe. En fait, les composants ne sont qu’un aspect de la voiture du futur, une voiture numérique dont le logiciel sera une clé de son développement. Là encore, la Chine a su prendre les devants, comprenant que l’avenir de l’industrie était en jeu dans ces domaines. Et pendant que nous étions occupés à compter les voitures immatriculées, un gouffre technologique s’ouvrait, avec lequel il faudra tôt ou tard compter. Luca de Meo le dit bien lorsqu’il analyse la position de la Chine, qui sait regarder au-delà de l’horizon : « Les Chinois, dans leur sagesse séculaire, ont su se positionner dans le temps. Ils se sont dit : il ne sert à rien de se battre dans le domaine traditionnel avec des entreprises comme BMW, Volkswagen ou Ford. Mieux vaut se concentrer sur l’innovation. Ils ont donc aujourd’hui des positions dominantes. Pas seulement dans les composants électriques, dans les batteries. On oublie les logiciels, qui sont déterminants dans les nouveaux modèles. Dans dix ans, il représentera 40 % de la valeur de chaque voiture. Et dans le domaine des logiciels, l’industrie chinoise est également très forte. Je dirais l’ensemble de l’industrie asiatique, de la Corée à Taïwan. La vérité est que dans le domaine de l’automobile, comme en général, le centre de gravité du monde se déplace vers l’est. »

L’interdiction de l’endothermie ne fera que porter un coup supplémentaire à une industrie déjà fragile : soyons clairs, l’importance de la durabilité et des objectifs environnementaux ne fait aucun doute, c’est la manière dont ils sont poursuivis qui laisse perplexe. La lueur d’espoir réside maintenant dans les amendements, à nouveau déposés après l’événement, pour cette neutralité technologique qui pourrait être le bon levier pour ouvrir de nouvelles possibilités. En effet, travailler sur l’énergie pourrait de ce point de vue donner un nouvel élan à l’Europe, là où l’Est n’a pas encore décidé d’accélérer pour des raisons évidentes. L’équilibre a maintenant changé, mais cela ne signifie pas que nous devons nous rendre à l’inévitable.

Tony
Rédacteur Web depuis plusieurs années et passionné par le sport automobile depuis toujours, aucune information ne m’échappe. Je profite de ma soif sans fin d'informations sur le monde de la voiture pour vous les partager!