AccueilNouveautésDe Meo : "Les crash tests doivent changer

De Meo : « Les crash tests doivent changer

Luca de Meo, PDG de Renault, a lancé un appel en faveur de crash tests plus adaptés aux problèmes réels de sécurité des voitures, éliminant ainsi certaines situations qui ont laissé perplexes plusieurs constructeurs automobiles. S’exprimant lors de la conférence Change Now à Paris, M. De Meo a évoqué les problèmes liés aux crash-tests Euro NCAP actuels et la manière dont il souhaiterait les résoudre. Les critiques de M. De Meo se fondent sur certains résultats peu flatteurs de Renault, comme le zéro étoile de la Zoe, et les autres scores décevants des Dacia Jogger et Spring (une étoile) et de la Dacia Sandero (deux étoiles), notamment pour l’absence de certains systèmes électroniques de sécurité.

« Nous devons garder un œil sur ce qui est réellement nécessaire pour améliorer la sécurité des voitures, sur les solutions à envisager, sans chercher à faire des voitures des arbres de Noël technologiques dotés de fonctions totalement inutiles. J’aimerais travailler avec les autorités pour revoir les règles. Je respecte évidemment Euro NCAP, et après tout, nous jouons sur leur terrain depuis des décennies. Nous avons été parmi les premiers à obtenir cinq étoiles dans l’histoire des crash tests. Ils nous ont aidés à nous concentrer sur certains problèmes et à nous améliorer, mais au fil du temps, nous avons mis en évidence des failles critiques dans leur approche, et nous avons des doutes quant à l’évaluation de ce qui fait vraiment la différence. Je vois parfois des choses qui défient la logique », a déclaré le haut dirigeant de Renault. M. De Meo affirme que les voitures du groupe sont parfaitement adaptées, et dépassent dans la plupart des cas les exigences de sécurité actuelles.

J’aimerais que l’on revienne à un sentiment commun sur cette question. Si Euro NCAP propose un système pour empêcher les ivrognes de démarrer une voiture, nous l’installerons immédiatement sur les voitures. Si elle parle de technologie autonome pour réduire la vitesse et faire respecter les limites, je serai d’accord. Examinons les vrais problèmes, c’est-à-dire la vitesse, la distraction, la condition physique du conducteur, avec des solutions concrètes », a conclu le responsable italien.

Euro NCAP a inclus de nouveaux paramètres dans ses tests par rapport au test d’impact simple avec mannequins. Les performances de divers systèmes d’assistance automatique sont désormais également évaluées, comme la reconnaissance des piétons, le freinage d’urgence et la capacité de la voiture à s’arrêter de manière autonome et sûre lorsqu’elle ne perçoit plus les commandes du conducteur. Toutefois, M. De Meo estime qu’Euro NCAP a mis de côté l’objectif fondateur des tests de collision en accordant trop d’attention à l’ADAS. L’un des inconvénients d’une telle technologie, qui ne peut être négligé, est l’augmentation du coût de production et d’achat pour le client : le débat entre Euro NCAP et les constructeurs devra partir de là, s’il s’avère nécessaire de revoir les paramètres d’évaluation des voitures.

Analyser les principales causes d’accidents et tester des solutions appropriées pourrait être un bon début, et sur ce point Luca de Meo a peut-être touché un point très important.

Tony
Tonyhttps://www.ahouevi.net
Rédacteur Web depuis plusieurs années et passionné par le sport automobile depuis toujours, aucune information ne m’échappe. Je profite de ma soif sans fin d'informations sur le monde de la voiture pour vous les partager!
RELATED ARTICLES

En Continue