AccueilNouveautésLes incitations à l'achat d'une voiture sont épuisées, elles n'ont donc pas...

Les incitations à l’achat d’une voiture sont épuisées, elles n’ont donc pas de sens : les marques le disent

Les incitations à l’achat de voitures pour 2022 ont été au centre de longues discussions et l’objet du désir des clients et des constructeurs automobiles, qui, avec les associations du secteur, demandaient le soutien du gouvernement pour surmonter la crise. Comme prévu, la troisième tranche de l’écobonus, celle réservée aux voitures dont les émissions sont comprises entre 61 et 135 g/km, a été épuisée en très peu de temps : 20 jours seulement pour épuiser les fonds alloués, un résultat qui, d’un côté, est de bon augure en termes d’immatriculations, mais qui, en réalité, si on l’analyse, met en évidence à quel point la structure des incitations, telle qu’elle a été conçue et avec les modifications apportées par le dernier décret, n’a pas de sens ou, du moins, est largement révisable. C’est également ce que pensent les marques automobiles elles-mêmes, comme nous l’ont confié en exclusivité plusieurs numéros un des marques internationales présentes sur le marché italien.

Comme Mazda, par exemple, dont l’administrateur délégué Roberto Pietrantonio a exprimé, lors du salon de l’automobile MIMO 2022 de Milan Monza, ses doutes sur la structure des écobonus : « Je pense qu’ils n’ont pas servi à grand-chose. De nombreux facteurs ont contribué à ce manque de succès. Par exemple, les annonces répétées, vous ne pouvez pas anticiper leur arrivée des mois et des mois à l’avance, de sorte que lorsqu’elles ont commencé, les consommateurs ont eu l’impression qu’elles étaient déjà en service depuis un certain temps. En tant qu’UNRAE, nous avions également exprimé plusieurs inquiétudes, comme le fait qu’ils ne s’adressaient qu’au client privé. Nous sommes bien conscients qu’aujourd’hui les technologies vertueuses comme l’électrique sont largement choisies par ceux qui optent pour des formules de location à long terme. Sans parler des entreprises. Le fait de ne pas s’y attarder nous a amenés à nous demander quel était le but réel de ces incitations. Certes, ce n’est pas très clair car il est vrai qu’ils se sont arrêtés immédiatement (ceux de la tranche 61-135 g/km) mais c’était largement prévisible. Nous attendrons ceux de l’année prochaine, mais encore une fois, les avoir déjà annoncés n’était pas une démarche sympathique. Les ressources destinées au secteur sont toujours les bienvenues, mais elles auraient peut-être dû être mieux ciblées.

Une position également partagée par Giuseppe Bitti, directeur général de Kia Italia :  » Les intentions étaient probablement bonnes. Le fait d’avoir une structure triennale aide certainement. Toutefois, je pense qu’il y a une erreur fondamentale, celle du budget de la troisième tranche (61-135 g/km, ndlr). Le problème, toutefois, n’est pas tant d’accroître l’électrification que de stimuler l’élimination des vieilles voitures dans un pays comme l’Italie où le parc automobile est vieillissant. Nous devrions augmenter drastiquement cette fourchette et ensuite repenser les termes de la fourchette 0-21 g/km. Il n’est pas possible que le prix plafond d’achat des voitures de cette tranche soit inférieur de 10 000 euros à celui des hybrides rechargeables. Il s’agit probablement d’une décision politique et c’est très bien ainsi, mais le problème est que, du point de vue de la recharge, nous sommes sur la bonne voie, le réseau s’est développé de 60 %. Il reste encore beaucoup à faire, mais nous avons besoin d’un soutien homogène à l’électrification si nous voulons atteindre les niveaux que nous souhaitons dans les prochaines années. »

Andrea Crespi, numéro un de Hyundai en Italie, a lui aussi clairement indiqué que les fonds destinés aux incitations de troisième niveau étaient insuffisants, exprimant sa perplexité quant à la manière dont l’écobonus a été introduit :  » La progression de la transition écologique doit être accompagnée, bien sûr, d’incitations permettant de renouveler le parc automobile, facilitant ainsi cette transition « . Dans la partie la plus populaire du marché, les écobonus sont allés très vite, s’épuisant trop rapidement. Je pense que la manière dont ils ont été présentés n’était pas adéquate, avec une annonce très attendue et une mise en œuvre très retardée. On peut faire mieux, mais n’oublions pas qu’on ne peut pas renouveler la flotte existante et technologiquement arriérée si on ne l’accompagne pas d’un stimulus direct pour le consommateur. »

Tony
Tonyhttps://www.ahouevi.net
Rédacteur Web depuis plusieurs années et passionné par le sport automobile depuis toujours, aucune information ne m’échappe. Je profite de ma soif sans fin d'informations sur le monde de la voiture pour vous les partager!
RELATED ARTICLES

En Continue