AccueilNouveautésLotus, avec Eletre, prêt pour l'ascension européenne

Lotus, avec Eletre, prêt pour l’ascension européenne

De l’Angleterre au monde entier. Lotus a pour ambition de devenir une marque mondiale et la nouvelle gamme de modèles qui a également fait escale à Milan pour l’avant-première italienne témoigne de toutes les ambitions de la marque britannique. La première super voiture de sport électrique, le premier hyper SUV à batterie et le dernier V6 endothermique, Evija, Eletre et Emira représentent un triptyque de nouveautés qui permettront à la marque de viser l’objectif de plus de 100 000 unités produites par an, soit plus que jamais dans toute l’histoire du constructeur automobile fondé par Colin Chapman. Giuseppe Mele, directeur de la marque et des relations publiques chez Lotus Cars Europe, nous parle des objectifs et des nouvelles voitures de Lotus. Il a été interviewé en exclusivité à l’occasion des débuts de la gamme en Italie.

Lotus fait ses débuts à Milan avec une gamme totalement renouvelée, qu’en pensez-vous ?
« Je commence par une petite histoire personnelle. Je suis heureux, je suis à la maison. Je travaille à l’étranger depuis plusieurs années, mais être à Milan maintenant, avec la marque Lotus et avec des voitures comme celle-ci, y compris Eletre, qui est un produit tourné vers l’avenir, est une source de grande fierté pour moi. L’intersection entre ce SUV électrique, Emira et Evija est à mon avis la meilleure représentation possible de ce que notre marque veut être à l’avenir. »

En ce sens, Eletre représente un véritable modèle de rupture.
« Disons qu’Evija a donné le coup d’envoi d’une série d’études de design et d’aérodynamisme, dévoilée pour la première fois en 2019 sous forme de concept-car. Aujourd’hui, c’est une réalité, c’est vendu. Elle dispose de sa propre ligne de production dédiée en Angleterre. Son style est distinctif et unique, en partie visible sur l’Emira, dont on peut reconnaître certains traits de style. Il en va de même pour l’Eletre, que nous avons appelé hyper SUV parce qu’il affiche des performances de voiture de sport, ce qui est dans notre ADN. C’est une voiture de sport placée à l’intérieur d’une voiture familiale, une voiture de luxe avec une concentration de technologie et de durabilité qui est importante et nous donne la possibilité de conserver ces deux mondes, le sport et le style de vie. »

Il s’agit toutefois d’un véritable Lotus en raison du travail spécifique effectué, à commencer par la plate-forme.
« La plateforme est exclusive à Lotus, il n’y a pas d’autres voitures du groupe Geely qui utilisent cette architecture. Une batterie aussi faible a permis de transférer des dynamiques de conduite essentielles pour transmettre cette véritable sensation Lotus. Bien sûr, avec de grandes proportions. Nous avons complètement changé le design, en déplaçant la cabine vers l’avant, car il n’y a pas d’encombrement du moteur. La durabilité est au cœur de nos réflexions pour aujourd’hui et pour l’avenir. Par choix, nous ne présentons pas cette voiture avec un intérieur en cuir, ce qui serait un grand classique pour les voitures haut de gamme. Tous les matériaux sont recyclés, avec une très faible présence de plastique. La fibre de carbone, par exemple, est obtenue par le recyclage des déchets de production de ce matériau. »

En vue de devenir une marque mondiale, à quoi devons-nous nous attendre d’ici 2028 ? Colin Chapman serait-il vraiment enthousiaste ?
Nous avons beaucoup à attendre, il y a beaucoup à faire. Sur la marque, parce qu’elle démarre en Angleterre comme une marque de niche, très connue là-bas mais moins dans le reste de l’Europe où il y aura beaucoup à faire. Les délais de production et de livraison sont une autre question importante : si nous pouvons les raccourcir, cela nous donnera un grand avantage concurrentiel. Nous aurons un nouveau produit par an et cela nous permettra d’atteindre les volumes souhaités, en arrivant en 2028 en sachant que nous pourrons regarder en arrière et faire le bilan de ce que nous avons fait, tant en tant que marque qu’en termes de volumes de vente. Passer de mille voitures par an à 100 000 unités signifiera que nous aurons produit plus de voitures que Lotus n’en a jamais produites dans toute son histoire à ce jour. L’ambition est donc énorme, mais sur cette base, nous pensons pouvoir y arriver. Le fils de Colin (Clive, ed) travaille dans l’entreprise et nous a dit à plusieurs reprises que son père serait heureux de ce que nous faisons avec sa marque ».

Les débuts du premier SUV arrivent à un moment particulier, qu’attendez-vous d’Eletre ?
« Nous ne nous sommes pas trop penchés sur les concurrents auparavant. Chacun a ses propres caractéristiques et nous avons une histoire particulière et unique. Ce que l’on peut attendre de l’Eletre, c’est qu’il offre, à la différence des autres, un design unique car il n’est guère comparable aux autres SUV du marché, notamment grâce au concept de  » porosité  » qui garantit des solutions distinctives. Ensuite, il y a l’expérience de conduite de pointe, prête à relever les défis de l’avenir qui lui permettra de passer à la conduite autonome de niveau 4 où et quand il sera possible de le faire. »

Tony
Tonyhttps://www.ahouevi.net
Rédacteur Web depuis plusieurs années et passionné par le sport automobile depuis toujours, aucune information ne m’échappe. Je profite de ma soif sans fin d'informations sur le monde de la voiture pour vous les partager!
RELATED ARTICLES

En Continue