AccueilNouveautésPagani Utopia, la nouvelle hypercar d'Horacio vue de près

Pagani Utopia, la nouvelle hypercar d’Horacio vue de près

Le troisième acte de l’histoire de Pagani Automobili a enfin un nom, Utopia. En effet, la nouvelle hypercar de la marque de San Cesario sul Panaro a fait ses débuts à Milan, la C10 n’étant plus seulement un code projet mais une voiture prête à prendre la route. Il a fallu six ans à Horacio Pagani pour concrétiser sa vision en donnant vie à l’héritier tant attendu de la Huayra. Utopia combine donc une fois de plus la simplicité, l’harmonie et l’évolution technologique que la marque italienne poursuit depuis le début. Examinons-la de plus près.

Au premier regard, la Pagani Utopia a de quoi désorienter : si différente des autres créations de l’atelier et en même temps en continuité avec les voitures qui l’ont précédée. On retrouve ici des lignes et des formes plus sinueuses que sur la Zonda et la Huayra, avec une silhouette lisse et arrondie : d’où l’absence presque totale d’appendices aérodynamiques, remplacés par des éléments intégrés qui contribuent à transmettre cette sensation de légèreté et d’harmonie. L’évolution stylistique a également conduit à une réduction des composants, avec 20 % de pièces en moins, grâce, par exemple, aux phares carénés. À l’arrière, en plus de l’échappement à quatre bornes, on trouve une signature lumineuse avec deux éléments orientés verticalement, placés dans un motif biseauté qui est partiellement traversé par l’ellipse supportant le système d’échappement.

La nouvelle hypercar de San Cesario sul Panaro a été construite à partir d’une monocoque en Carbo-Titanio HP62 G2 et Carbo-Triax HP62 avec arceau de sécurité rétractable intégré. Au cœur de la Pagani Utopia se trouve son moteur V12 développé en collaboration avec Mercedes AMG qui délivre 864 ch et 1 100 Nm de couple maximum, couplé à la transmission XTrac, qui peut être manuelle ou automatique, dans les deux cas avec 7 rapports. Dotée d’une suspension semi-active, l’Utopia est équipée d’un système de freinage haute performance développé par Brembo avec des disques avant de 410 mm et des disques arrière de 390 mm, derrière les jantes APP Tech embrassées par des pneus Pirelli PZero Corsa 265/35 21″ à l’avant et 325/30 22″ à l’arrière.

L’originalité de l’extérieur revient et est exaltée dans l’habitacle, avec un intérieur aux formes sculpturales intemporelles tout en étant capable d’accueillir le conducteur et le passager. Il n’y a pas de fioritures ou de grands écrans tactiles autres que l’écran du tableau de bord. L’instrumentation analogique est ainsi enfermée dans une série de cadrans qui montrent aussi en partie le mécanisme de fonctionnement. Le volant a également été totalement réinventé, avec une structure en alliage d’aluminium billetté contenant l’airbag. Les pédales ont également été taillées dans un seul bloc de métal, tandis que le levier de vitesses manuel se distingue toujours sur le tunnel central par des éléments visibles qui soulignent son caractère artisanal. Même s’il s’agit d’une hypercar, il n’est pas compliqué de monter à bord, ce qui souligne encore l’étude maniaque non seulement du plaisir de conduire mais aussi de l’ergonomie. L’utopie qu’elle porte dans son nom se confirme également dans ce qui pourrait être le rêve de la conduire : la nouvelle hypercar de Pagani est en effet déjà soldée, les premières livraisons débutant en avril 2023. Le prix unitaire varie en fonction du marché et se situe autour de 2,15 millions d’euros.

Tony
Tonyhttps://www.ahouevi.net
Rédacteur Web depuis plusieurs années et passionné par le sport automobile depuis toujours, aucune information ne m’échappe. Je profite de ma soif sans fin d'informations sur le monde de la voiture pour vous les partager!
RELATED ARTICLES

En Continue